Un message précédent reproduit les paroles de Lettre d'Islande (http://musicaspencer.canalblog.com/archives/2004/11/28/193541.html) chanson de Hervé Guillemer, qui raconte l'histoire des pêcheurs de morue qui allaient d'Islande à Terre Neuve, mais elles sont incomplètes.

Un détective a retrouvé la trace du couplet manquant ! Le 4ème couplet est donc le suivant :

Virer au cabestan, quel que soit le temps
Jusqu'à ce que l'ancre soit claire devant
Tous dans la mâture, route sur Saint Malo
Ca y est les gars, on a curé le berton.

Pour ceux qui voudraient savoir : le berton, c'est juste la dernière cale à morue, la plus petite.

Autre commentaires :

- le Jardin fait référence au Phare du Grand Jardin dans l'embouchure de la Rance,

- dans le vers "le saleur paré à curer les siens", c'est un jeu de mots avec les rins, tranchée dans le sel de la cale.

Texte complet et accords : Lettre_d_Islande