Chansons_de_bord_Armand_Hayet

Dans l'univers des chants de marins, ce livre est un point de départ. Paru en 1927, ce recueil de quatorze chansons réellement chantées à bord des grands voiliers constitue un collectage extrêmement intéressant, instructif et documenté puisque rédigé par un capitaine au long cours.
J'ai longtemps cherché à voir ce livre dont tout le monde parle mais qui n'est plus très courant malgré quelques rééditions. Profitant donc de cet exemplaire illustré, tombé entre mes mains par hasard, et photographié aussi sec, je saisis l'occasion d'entamer une série de messages qui je pense permettront de combler la curiosité des passionnés qui n'auront pas eu la chance de découvrir "Jean-François de Nantes" et autres chansons du patrimoine telles qu'elles ont été imprimées à l'époque.
C'est dans ce livre recelant des commentaires passionnants sur la vie à bord que l'on trouve la classification des chants  et les explications sur leur fonction en :
- chants à hisser (pour border une basse voile ou hisser un hunier), menée par un homme seul sur un ou deux vers pendant que le navire roule sur le bord défavorable, auquel les hommes répondent en chœur en halant,
- chants à virer ou chants du cabestan (pour virer les chaînes des ancres ou virer l'aussière pour se déhaler) qui sont les chants les plus libres comme le charivari, utilisé pour stimuler l'équipage en plein effort en désignant grossièrement un membre d'équipage, un officier et même jusqu'au commandant,
- chants du gaillard d'avant (les autres chansons qui n'étaient pas spécialement composées pour appuyer ou stimuler un effort).

Les quatorze chansons collectées sont les suivantes :
- chansons à hisser : nous irons à Valparaiso, Jean-François de Nantes, as-tu connu le père Lancelot ?, sur le pont de Morlaix, Y a z'un petit bois,
- chansons à virer : la Margot, le grand coureur, quand la boiteuse va-t-au marché, passant par Paris,
- chansons de gaillard d'avant : la Danaé, le trente et un du mois d'août, adieu cher camarade, pique la baleine, les pêcheurs de Groix.