IMG_0053-MOSa

 

Sur cette musique de Pascale Soubeirat-Lamy composée à l'île d'Yeu le 6 octobre 2013, avec au coeur le petit pincement que l'on éprouve à chaque fois que l'on quitte cette île (c'est un peu vrai pour toutes les îles...) sous un soleil magnifique faisant éclater les voiles des thoniers, des paroles sont venues se poser quelques semaines après pour raconter l'éternelle histoire de ces femmes des bouges des ports, femmes à marins...

Petits matins brumeux
Marquant les jours blafards,
Qui rendent les quais poisseux
Aux marins hagards,
A cette heure
Où ferment les bars

Derniers clients fourbus
Glissant dans la pénombre,
Hébétés d'avoir tant bu
Pour chasser leurs ombres,
Gars perdus
Aux destins si sombres

Refrain
 De port en port
 Je traînais ma vie
 Subissant ces corps à corps
 Ces désirs maudits
 Mais jamais, jamais assagie

Je suis dans c'paysage
Ancrée bien au milieu,
Simple petit personnage
Décorant les lieux,
Put' hors d'âge
Pour les beaux messieurs

Pourtant j'en fis damner
Matelots, officiers,
Pressés de se condamner
A devoir payer,
Ils voulaient
Tous me posséder

Ils rêvaient éveillés
De m'avoir à l'escale,
Ils voulaient me soudoyer
Sirène des mâles,
Je riais
En beauté fatale

Puis le temps est passé
Tout comme une journée,
Matin, midi et soirée
M'ont tant cabossée,
Toute usée
Je n'fais plus rêver

Je suis fille de joie
Nettoyant leurs douleurs,
Maîtresse et femme à la fois
Leur lieu de douceur,
Sur ma peau
Ils pleurent parfois

Refrain final
 De port en port
 J' traîne encor' ma vie
 Subissant ces corps à corps
 Ces désirs maudits
 Mais jamais, jamais asservie

Le texte avec les accords (à télécharger) : Valse_d_une_vie
La partition en Dom (à télécharger) :Valse_d_une_vie_Cm