04 mars 2006

Les oiseaux de pin

Regardez ces oiseaux immobiles et morts, ce sont des "oiseaux de pin" qu'un pâle soleil d'hiver ne réchauffe plus. Pourquoi sont-ils morts, de vieillesse, de tristesse, d'abandon ? Ils regardent les passants s'agiter et se pelotonnent contre le tronc de leur ami de toujours. De temps en temps, l'un d'entre eux tombe parterre, mais il est sec et ne donnera plus naissance à d'autres oiseaux comme lui. Il ne faut pas attendre d'être sec pour essayer d'amener quelque chose...
Posté par marcspencer à 00:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

28 février 2006

Au commencement du monde..

.. ainsi était la Terre, émergeant d'un monde d'eau, d'un océan de rêves qui se sont transformés en nuages venant admirer le coucher de Maître Soleil, décorant de ses paleurs de rose le théatre de ces lieux. De la Terre naquit la Corse, façonnée par le vent et la vie des Hommes.
Posté par marcspencer à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 février 2006

Les 2 frères

2 frères au fond de l'horizon s'en allaient se tenant la main, frères de sang, frères d'amour, frères de misère, qui saura jamais, mais surtout vision du bleu, de la couleur bleue de Méditerranée, la couleur de Mare Nostrum, de ses pins, de sa terre rouge et de sa sauvagerie qui peut encore apparaître dans de frêles endroits échappés du béton.
Posté par marcspencer à 01:06 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
21 février 2006

Retour au Cap Sicié

J'aime la mer, j'aime ses chants du soir quand la brume adoucit les paysages de mon enfance.
Posté par marcspencer à 22:49 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
21 février 2006

Ours de mer

Dans l'étrange oubli qui précède la rêverie on tend parfois à confondre les choses et les animaux. Pierre, ours, que sais-je de ce qui est caché dans l'essence de la matière, quels esprits fourmillent depuis les temps anciens au sein de chaque figure que l'on saisit, lorsque l'on abandonne pour un instant la réalité crue et que l'on peut laisser son âme divaguer pour ressentir ? Ressentir, un maître mot qui vaut pour les vivants et pour les morts, pour la matière dans tous ses états et tous ses ébats libres et puissants.La... [Lire la suite]
Posté par marcspencer à 22:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 février 2006

Le Monde vu par les américains

Cette caricature dont je ne connais pas l'auteur m'a bien plu...
Posté par marcspencer à 23:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2006

La couleur du ciel

Finalement ce qui donne des reflets à la vie c'est la couleur du ciel. On y trouve ce qu'on veut suivant l'humeur du moment, on s'abîme dans la rêverie, ou on comptemple ébahi, ou on savoure la douceur, ou on essaye de comprendre le subtil mélange des couleurs, ou... Chacun voit ce qu'il veut voir, ressent ce qu'il a en lui et qui s'accorde au mieux avec la lumière de l'instant.
Posté par marcspencer à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
16 février 2006

Josy Lolo

Un pointu, mais pas n'importe lequel, celui d'une femme patron pêcheur qui vient de s'éteindre, emportant avec elle sa joie de vivre, ses convictions, nous laissant le souvenir de son accent provençal, de sa gentillesse rude... Peut-être qu'un jour quelqu'un écrira l'histoire de ce petit port de Saint Elme. En attendant écoutez bien, vous entendez le Mistral ?
Posté par marcspencer à 10:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 février 2006

Spencer chante...

... et quand c'est Molly Malone (voir rubrique "chants de marins" pour les explications sur cette chanson), ça ne rigole pas. Valdo était là pour saisir les expressions ce 4 février à Andrésy.
Posté par marcspencer à 23:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 février 2006

Korgom (à nouveau...)

Quoi de neuf sous le soleil ? Pas grande évolution, les pauvres sont toujours de plus en plus pauvres et qund je pense à ça je retrouve à chaque fois la phrase de Coluche qui disait "c'est normal, car s'ils étaient moins cons ils seraient pas pauvres"... Il nous manque finalement, il n'y a plus beaucoup de gens pour mettre les pieds dans le plat et mettre si bien en évidence le cynisme ambiant. A Korgom, pauvreté commence par s'attaquer aux enfants qui subissent la famine. Serge et ses potes ont ramené quelques photos... [Lire la suite]
Posté par marcspencer à 12:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :