En souvenir de ces marins au long cours qui suivaient la route des Indes et qui revenaient au port en contant leurs aventures avec les plus belles femmes de chaque port...

Refrain
J'aimais la belle, si belle à croquer
Que mon p'tit cœur s'mettait à trembler
J'aimais la belle, si belle à carguer
Que tout' mes voiles s'mettaient à claquer
J'aimais la belle, si belle à craquer
Qu'mon cabestan s'mettait à virer


Un jour marin, j'suis parti d'France
Droit vers le Sud, Bonne Espérance
A Zanzibar, j'vis une beauté
Corps pur ébène, yeux veloutés
Une vraie déesse qui m'envoûtait
Elle était belle, à caboter

Mais mon bateau partait à l'Est
Le cœur brisé, elle me dit "reste"
C'est point possib' que j'lui ai dit
On met l'cap sur Pondichéry
Car dans not' cal' y'a qu'des épices
Et de madras faut qu'on remplisse

Refrain

Me v'là en Inde, le pied sur l'quai
J'vis une hétaïre, dans un troquet
Peau douce cuivrée, et yeux bridés
Longs cheveux noirs, moue décidée
Son beau sari qui s'entrouvrait
La rendait belle, à s'embarquer

Retour à l'Ouest, Madagascar
Dernière escale, ça fout l'cafard
Adieu l'Indien, et tes sorcières
Leurs p'tits volcans, qui nous rendent fier
On franchit l'Cap, vers l'Atlantique
R'tour à bon port, longeant l'Afrique

Refrain

C'est l'cap au Nord, vers la maison
Adieu le bord, vers la raison
Dans le civil, on nous oublie
C'est comme êt' vieux, ça affaiblit
Mais j'suis marin, et le plus beau
Pour moi une belle, s'est j'tée à l'eau

J'me souviens plus d'où qu'elle était
Car dans chaque port j'ai bourlingué
Mais c'est une femme que j'ai aimée
Comme tout' celles pour, qui j'ai craqué
Les toutes belles, belles à croquer
Mes p'tites chéries, mes p'tites pépées

Mark O'Spencer (20 février 2004)

Ce texte est déposé à la SACEM, mais si vous souhaitez l'utiliser, pas de problème il suffit de citer l'auteur et de le prévenir.